vendredi, décembre 28, 2007

Les bons voeux de Monsieur Glob


Joyeuse et heureuse année 2008 à tous!
Joie et santé dans vos familles!

mercredi, décembre 26, 2007

Difficultés de la prévision économique


En se retournant un peu dans le rétroviseur, on s'aperçoit que prévoir ce qui va se passer l'année suivante est un exercice bien délicat. Voir ici deux avis différents pour l'année 2008.

Pour 2007, toutes les grandes maisons affichaient une grande confiance. Certes les premiers signes d'un ralentissement sur le marché immobilier américain inquiétaient déjà, mais il devait être progressif, modéré et maîtrisé. Un baril au-delà des 60 dollars n'était guère sérieux et l'économie devait continuer à tourner sans interrogation. Le point haut d'un cycle? "Non, cette fois c'est différent, blablabla"!

A la seule évocation de ce début de phrase, la crise de 2007 était annoncée. Les périodes de grandes croissances sans cycle n'existent pas vraiment dans l'histoire économique et la règle des 5 années fastes (2 en phase de redémarrage et 3 en croissance) pour 2 années de crise devrait cette fois-ci encore prévaloir. Voyons si l'avenir me donne raison. Pour le moment, pas encore car la correction sur les marchés actions n'a pas eu lieu et tout ne se passe pas trop mal pour les pays émergents. Voyons en 2008.

jeudi, décembre 20, 2007

Il est né le divin enfant


Il est né le divin enfant,
Jouez hautbois, résonnez musettes !
Il est né le divin enfant,
Chantons tous son avènement !


Depuis plus de quatre mille ans,
Nous le promettaient les prophètes
Depuis plus de quatre mille ans,
Nous attendions cet heureux temps.

Ah ! Qu'il est beau, qu'il est charmant !
Ah ! que ses grâces sont parfaites !
Ah ! Qu'il est beau, qu'il est charmant !
Qu'il est doux ce divin enfant !

Une étable est son logement
Un peu de paille est sa couchette,
Une étable est son logement
Pour un dieu quel abaissement !

Partez, grands rois de l'Orient !
Venez vous unir à nos fêtes
Partez, grands rois de l'Orient !
Venez adorer cet enfant !

Il veut nos cœurs, il les attend :
Il est là pour faire leur conquête
Il veut nos cœurs, il les attend :
Donnons-les lui donc promptement !


mardi, décembre 18, 2007

Transparence des prix immobiliers



Je vous avais promis un post sur le marché immobilier en France (ici). Le principal problème en France est, comme le souligne très justement Joël Bourdin, sénateur de l'Eure (article complet), l’absence d’indices fiables.

Deux indices existent pour l’ancien :

- l’indice FNAIM, qui ne couvre qu’environ 18% des transactions et n’inclut donc pas les transactions réalisées de particulier à particulier ou effectuées par un notaire ou un agent immobilier non affilié à la FNAIM. Et comme cela n’est pas tout, la méthodologie de la FNAIM n'est pas publique, et donc comporte des risques de manipulations importants soit lors de la collecte des données (auprès des agents), soit lors de leurs interprétations. Je n’insinue nullement que ces professionnels ont intérêt à voir les prix ne pas baisser, mais il n’y a qu’un pas…

- l’indice des notaires/INSEE, qui de leurs bons trains de sénateurs, publient les prix pour environ 66% des transactions lorsque tout le monde sait si le marché augmente ou baisse (3 a 6 mois après la guerre).

La solution serait comme en Angleterre de publier :

(1) les montants et nombres de nouveaux crédits accordés, si vous l’avez manqué je vous renvoie à mon post sur le sujet (ici).

(2) les prix constatés par l’équivalent du bureau des hypothèques (3 mois après la signature des transactions). A titre d’exemple, les anglais peuvent connaître le prix de l’immobilier dans leur quartier ou de leur rue trimestre par trimestre. Je vous laisse faire une expérience avec le lien ci-joint. Le code W11 correspond à Notting Hill, le plus parlant des quartiers de Londres.

Prévisions économiques 2008 ou la stratégie stratégique

Bon puisque tout le monde a été sage, je publie un petit compte rendu d’un récent meeting avec le stratégiste d’une grande banque US. Ce monsieur bien éduqué a pour rôle de donner son opinion sur l’économie en général et, en fonction de l’état de celle-ci, d’émettre des recommandations sur diverses classes d’actifs. En cette période pre-festive, il accomplit un tour du monde pour rassurer les clients de sa banque (fonds de pensions, asset managers, autres banques, hedge funds et tout le tralala) et leur prêcher la bonne parole.

Son message est le suivant : l’économie réelle (hors certains secteurs) ne va pas mal, les banques ont de très gros problèmes et ne souhaitent plus prendre de risques, les banques centrales font plutôt bien leur travail en injectant de la liquidité mais sans parvenir à rétablir la confiance sur les marchés, les investisseurs disposent de cash à investir en particulier ceux basés en Asie. Il constate que les vraies causes ne sont donc que techniques et s’attend à de relativement bonnes surprises pour 2008. Il ne pense pas que les US soient en récession en raison d’un taux de chômage bas et d’une utilisation des capacités industrielles à un plus haut historique et cela malgré un ralentissement de la croissance. Il craint cependant pour 2009, dans le cas d’un prolongement de la crise bancaire. Il ne recommande aucun secteur en particulier en Europe en raisons des incertitudes actuelles.

J’ai une vision un peu moins rose pour 2008, car si on triture un peu les chiffres macroéconomiques ont s’aperçoit que la croissance est quasi nulle aux US, que l’inflation commence à peser lourdement réduisant, pour un temps, la marge de manœuvre de la Fed et de la BCE. Ajouter à cela une bulle sur le marché chinois (+ une forte inflation + une forte exportation de cette inflation), un marché action qui n’a pas terminé sa phase de repricing en raison de prévisions trop optimistes, un marché immobilier en chute libre en nombre de transactions (la preuve ici pour le marché UK + demandez à votre agent immobilier…), des cours de change volatiles et un blocage du système financier plus long que prévu en raison d’un changement profond de business model des grandes banques (« Originate, Structure and Distribute » vs « Buy and Hold -the risk- »).

Je ne suis pas aussi bien éduqué, je ne fais pas le tour du monde et je peux me planter…

vendredi, décembre 14, 2007

Chez le médecin

Ce matin, je passe chez mon GP (médecin généraliste) pour un contrôle de routine. (Tout va bien, je vous rassure !). A peine arrivé, la gentille dame de la réception me tend une éprouvette à remplir. Rien de bien surprenant, je m’exécute et remplis mon récipient. Je retourne à l’accueil et l’on m’encourage à aller m’assoir dans la salle d’attente… liquide jaune en main. La vrai classe! J’avais juste l’air complètement idiot avec mon petit tube, je souriais niaisement à toute personne passant dans le hall, qui me rendait ma risette d’un air contraint.

Après m’être délesté de ce pesant petit flacon lors de ma visite, je sors, repasse par le hall et aperçoit la jeune fille qui m’avait mollement rendu mon sourire. Elle me souriait benoîtement et tenait elle aussi sur ses genoux le fruit de sa récolte…

jeudi, décembre 13, 2007

Comment recruter des traders bon marché?

J’imagine que peu de personne se pose vraiment la question dans les salles de marché de Londres. Un trader doit être payé en proportion de ce qu’il rapporte (le fameux P&L). Son bonus est donc X% de ses gains pour un trader de flux (flux d’ordres clients généré par les équipes commerciales) et X+Y% pour un trader de prop (proprietary trading sur le bilan de la banque). X et Y sont bien connus des participants, inutile de les rappeler ici.

Cependant les banques françaises semblent adopter une approche un peu différente. La première réside dans des investissements en systèmes et modèles. Le trader n’a donc plus qu’à appuyer sur un bouton sur instruction du modèle (je caricature !), la valeur ajoutée du trader est alors réduite et son bonus logiquement plus faible ; la différence allant dans la poche de la banque.

La deuxième approche est d’embaucher de bons étudiants fidèles le plus tôt possible pour développer chez eux un instinct quasi maternel (« tu ne trahiras pas le sein qui t’a nourri »). BNP Paribas semble adopter cette stratégie avec l’annonce récente de nombreux partenariats avec de grandes écoles françaises (dont Centrale en finance quantitative). L’effort est louable à défaut d’être totalement désintéressé.

La troisième solution est de garder tout son petit monde à Paris avec un salaire (extrêmement) compétitif pour le France, loin des vrais centres financiers, des compétiteurs très agressifs et des bonus mirobolants. Il est vrai que comparer aux rémunérations de l’industrie, il n’y a pas de quoi se plaindre mais cela fait sourire les londoniens...

Est-ce que cela marche ?

Oui, SG et BNP Paribas sont numéro un et deux respectivement du trading sur dérivés actions.
Non, les concurrents vont piocher régulièrement dans leurs rangs pour développer leurs activités.

Résultat : les gens se forment chez les Français et partent faire fortune ailleurs…

Disclaimer : je vous rappelle que je ne fais qu’observer ce petit monde qu’est la City et ne cours pas après les « 000 » (« 000 000 »). A très bientôt !

vendredi, décembre 07, 2007

Ebay vs Commissaires priseurs - Les forces en présence



Comme promis, je développe sur ce vieil antagonisme entre les commissaires priseurs français et Ebay. Aujourd’hui les forces en présence :

* A ma droite : les commissaires priseurs

Les commissaires priseurs bénéficient d’un monopole légal établi le 27 Ventôse an IX (un beau matin (?) de mars 1801). Tout comme certaines professions juridiques, ils bénéficiaient d’une charge et peuvent organiser et réguler les ventes aux enchères publiques. La profession a connu son grand chambardement avec la reforme de juillet 2000 qui a aboli, en conformité avec les textes européens, la charge de commissaire priseur mais maintenu en partie le monopole. L’Etat a donc indemnisé (parfois très généreusement) ses anciens officiers ministériels qui ont pu constituer des sociétés civiles avec une partie de la cagnotte.

Le business model des commissaires priseurs n’est pas semblable pour tous :

La plupart des petites études (souvent provinciales) sont des aides notaires et mandataires de justice (huissiers et administrateurs judiciaires). Ils interviennent pour régler les successions, ventes sur saisies et sociétés en liquidation. Leur business model est assez simple : un grand hall pour stocker la marchandise, des ventes a intervalles réguliers et une annonce dans la Gazette Drouot pour ameuter les brocanteurs, collectionneurs et particuliers amateurs de bonnes (voire très bonnes) affaires. Ce sont des grossistes en brocante et en produits liquidés en tout genre.

Les grosses études, qui en plus du tout venant en provenance des notaires et autres, organisent des grandes ventes par regroupement d’objets apportés par des collectionneurs, des apporteurs d’affaires (souvent les experts de la vente - le thème du conflit d’intérêt pourrait être développé -), des marchands (en principe interdit en France, mais…) et les mêmes notaires (les objets des « morts »). Ils sont pris en tenaille entre leurs camarades des petites études et les très grosses maisons internationales qui disposent d’un cadre réglementaire plus souple et de plus de moyens. Ces dernières « ratissent » la France pour vendre à NYC ou à Londres les meilleurs objets. Ces grosses études sont de réels acteurs du marché de l’art mais se limite au « milieu de gamme », le haut de gamme etant occupé par les grosses maisons internationales.

Quelques études spécialisées sur des niches de marché tels que les instruments de musique, le vin, les véhicules d’occasions, les biens industriels, etc. Ce sont des vendeurs spécialisés.

Tous ont une commission vendeur de 10-15% (+TVA sur la commission) et une commission vendeur de 13-18% (+TVA sur la commission), avec un BFR largement positif car sans stock et avec de bons délais de payements. La maximisation du profit sur les objets à faible prix n’est pas une priorité tant que les grosses enchères tournent et que le volume est au rendez-vous. Sur le marché, la concurrence semble s’accélérer et le secteur est en voie de consolidation.


* A ma gauche : Ebay

Je ne vais pas m’étendre dessus car nous connaissons tous le système. Une intermédiation sans se mouiller sur la qualité des objets, des acheteurs et des vendeurs. Un système d’enchères pour trouver le meilleur prix. Un immense bric a brac. De très nombreux particuliers qui fraudent le fisc en faisant du négoce (achat-vente) (peut se comprendre – « travailler plus pour gagner plus » – ), une énorme base de petits utilisateurs honnêtes, des sociétés d’intermédiation compétentes (un exemple ici), des vendeurs professionnels et comme partout quelques margoulins… et… un business model fabuleux dans une situation de quasi monopole.


La suite au prochain numero…

Notes :
1.
Amusez-vous à regarder le niveau de profitabilité des commissaires priseurs sur societe.com, vous ne serez pas déçus.

2. Pour ceux que la carrière de commissaire priseur tente encore, ne vous faites pas d’illusion allez voir ici.
3. Pour les juristes en manque de details, un memoire de DESS de droit sur le theme : Le cadre juridique des ventes et courtages aux enchères sur l’internet

Les traders de XXX (banque d’affaires française) protestent à leur tour


Pas très fin mais ça a beaucoup fait rire…

jeudi, décembre 06, 2007

Les traders de Goldman Sachs protestent contre une baisse des bonus

Je vous fais juste part de cette petite idiotie du moment qui tournait la semaine dernière d'email en email dans la City. La suite demain…

lundi, décembre 03, 2007

Ebay vs commissaires priseurs – Enfin !!

En bon observateur du marché de l'art, j’attendais cette nouvelle depuis pas mal de temps. L’AFP indique que le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques a assigné en justice eBay pour infraction à la loi sur les ventes.

Depuis le temps que les commissaires priseurs se font piquer leur business par Ebay, ils interviennent enfin. La loi, en France, devrait leur donner raison, mais la loi européenne joue en faveur d’Ebay. J’attends d’avoir plus de détails pour me prononcer sur la question (et vous donner un avis plus poussé), mais le match sera passionnant.
Related Posts with Thumbnails