jeudi, décembre 13, 2007

Comment recruter des traders bon marché?

J’imagine que peu de personne se pose vraiment la question dans les salles de marché de Londres. Un trader doit être payé en proportion de ce qu’il rapporte (le fameux P&L). Son bonus est donc X% de ses gains pour un trader de flux (flux d’ordres clients généré par les équipes commerciales) et X+Y% pour un trader de prop (proprietary trading sur le bilan de la banque). X et Y sont bien connus des participants, inutile de les rappeler ici.

Cependant les banques françaises semblent adopter une approche un peu différente. La première réside dans des investissements en systèmes et modèles. Le trader n’a donc plus qu’à appuyer sur un bouton sur instruction du modèle (je caricature !), la valeur ajoutée du trader est alors réduite et son bonus logiquement plus faible ; la différence allant dans la poche de la banque.

La deuxième approche est d’embaucher de bons étudiants fidèles le plus tôt possible pour développer chez eux un instinct quasi maternel (« tu ne trahiras pas le sein qui t’a nourri »). BNP Paribas semble adopter cette stratégie avec l’annonce récente de nombreux partenariats avec de grandes écoles françaises (dont Centrale en finance quantitative). L’effort est louable à défaut d’être totalement désintéressé.

La troisième solution est de garder tout son petit monde à Paris avec un salaire (extrêmement) compétitif pour le France, loin des vrais centres financiers, des compétiteurs très agressifs et des bonus mirobolants. Il est vrai que comparer aux rémunérations de l’industrie, il n’y a pas de quoi se plaindre mais cela fait sourire les londoniens...

Est-ce que cela marche ?

Oui, SG et BNP Paribas sont numéro un et deux respectivement du trading sur dérivés actions.
Non, les concurrents vont piocher régulièrement dans leurs rangs pour développer leurs activités.

Résultat : les gens se forment chez les Français et partent faire fortune ailleurs…

Disclaimer : je vous rappelle que je ne fais qu’observer ce petit monde qu’est la City et ne cours pas après les « 000 » (« 000 000 »). A très bientôt !

2 commentaires:

Gekko a dit…

Ne pas oublier toutefois la très très forte différence de niveau de vie. Avec 1.000 euros par mois on est mendiant à Londres, on peut vivre en région parisienne, et on est le roi du Pétrole au Portugal :) Cela explique aussi certains français travaillent à Londres et vivent en France et ce sera bien pire si un jour le Royaume Uni se met à l'Euro :)

Monsieur Glob a dit…

Merci du commentaire et bienvenu a toi Gordon!!

Une fois la base de niveau de vie amortie, la difference est la et elle est enorme.

En attendant la forte baisse du pound diminue l'ecart, mais il faudrait une chute beaucoup plus forte pour le reduire serieusement.

Related Posts with Thumbnails