lundi, mars 31, 2008

Suivi du portefeuille d'actions


Vous en conviendrez, 3 paris directionnels a la baisse sur des secteurs et un investissement dans une société massacrée ne constituent pas réellement un portefeuille, mais je ne suis toujours pas optimiste pour les indices.

Nous n'y sommes pas encore, "cash is king". Il faut savoir attendre. Je vous renvoie a ce post pour l'opinion de Warren sur le sujet.

Cliquez sur le tableau pour l'agrandir.

samedi, mars 29, 2008

Patates, Riz, Poulet, Roumain et Productivite

Lu, vu et entendu cette semaine (la semaine dernière - c'était gigot-fayots) :

  • Comme" l'Angelus" de Millet était une évidence pour illustrer ce post, mon choix s'est porté sur autre chose mais qui fait également partie de la peinture naturaliste du XIXe. Souvenez-vous de la lecture de Germinal, des Rougon-Macquart et autres Therese Raquin, c'est la même chose en peinture. Pas toujours gaie, mais une peinture très "sociale" et vivante (la vrai vie en fait). Cette semaine donc "La récolte de pommes de terre" de Jules Bastien. Ici pour une courte note sur ce peintre mort à 36 ans.

  • Les contrats sur le riz en hausse de 30% en un jour, sur le Figaro

  • Différence entre coût nominal et coût relatif du travail. La prise en compte du facteur productivité, par un économiste bloggeur

  • Une équation à résoudre: la population mondiale augmente sans cesse, les surfaces cultivables sont par définition en nombre limité, vous n'êtes pas Dieu (il ne faut pas rêver!!) et vous devez (essayer de) nourrir tout ce petit monde sur notre belle planète. Comment faites-vous? La productivité encore une fois (voir le graph ci-dessous). Le rapport sur le site de la FAO.

  • Les toujours très bonnes vues sur l'économie mondiale d'une des meilleurs sociétés de gestion de produits fixed income (dette-taux) : Pimco

  • Le meilleur pour la fin (la faim?), un élevage de poulets en batterie sur un "reportage" très orienté, mais qui a le mérite d'ouvrir les yeux sur la "productivité" qui permet de nourrir son petit monde a bas coût (coup?)

vendredi, mars 28, 2008

Passage d'ordre sur Veolia

Je n'ai pas beaucoup bloggé ces derniers jours, mais "family first" pour un bon petit break de Paques. Les flageolets et le gigot d'agneau sont toujours meilleurs lorsque le clan Glob est réuni autour de la (très) grande table avec du bon vin!

Je n'ai pas le temps de suivre sur ce blog les actions que je vous avais proposées en début d'année (ici). La performance du portefeuille est largement au dessus du marché en raison de la forte composante cash et de quelques paris mitigés sur des ventes a découvert.

J'ajoute aujourd'hui Veolia a 44.5€ au portefeuille.

mercredi, mars 19, 2008

On peut se tromper

Epilogue du post sur une eventuelle fusion SG-BNP Paribas-Calyon (ici).
"BNP Paribas indique dans un communiqué qu'il a cessé d'étudier le dossier
d'un éventuel rapprochement avec la Société Générale."

Les marchés sont sans doute trop agités et une scission de la BFI et du réseau trop compliquée a mettre en place actuellement.

On peut se tromper...

lundi, mars 17, 2008

Le risque systemique - Illustration

Fait suite a ce post sur le meme sujet.

Un beau jour de juin 2007, alors que l’activité économique mondiale est florissante (a son Zenith), vous allez voir le conseiller clientèle de votre banque, la Caisse de Crédit des Agriculteurs Populaires du Nord et de l’Industrie (« CCAPNI »). Celui-ci vous convainc d’acheter un « fonds actions garanti ». Le produit est simple : si les indices boursiers français (CAC40 et SBF 250) montent vous gagnez 75% de la hausse, si ils baissent votre capital est garanti. Tout est très bien dans le meilleur des mondes. Vous etes porteur du risque du fonds, mais c’est un produit « maison » de la CCAPNI, donc pas de risque pour vous à première vue.

Arrive ce qui arrive aujourd’hui ; les bourses mondiales s’effondrent. Vous continuez a dormir bien tranquille car vous pensez n'avoir rien perdu de votre capital (en théorie, car en réalité vous avez déjà perdu la rémunération que vous auriez pu obtenir sur un placement sans risque comme celui de votre Livret A, mais passons sur ce point de détail). Vous lisez, d’un air distrait, dans la presse de ce lundi matin que la Morgan Bear vient d’être sauvée de la faillite. Vous ne vous sentez pas concerné car il s’agit de la cinquième banque d’affaires de Wall Street et que vous, vous avez tout votre argent a la CCAPNI basée a Roubaix.

Erreur ! Le produit de la CCAPNI est en jargon un produit structuré de dérivés sur actions (vu comme cela, ça ne vous rassure plus tellement). C'est-à-dire que la CCAPNI (ou plus probablement un sous-traitant) a joué au Meccano. Il a acheté un produit à la BGLyon, un autre a la Lehrrill et enfin un dernier chez Morgan Bear pour les assembler dans votre fonds. La performance de votre fonds dépend donc aussi de la capacité de ces trois banques à honorer leurs engagements (appelé « risque de contrepartie »). Et c’est la qu’est le nœud du problème. La Morgan Bear est le leader sur son marché et a vendu des produits à la BGLyon et à la Lehrill qui les ont elles-mêmes revendus au fonds de la CCAPNI sous la forme d’un autre Meccano.

Dans l’hypothèse ou la Morgan Bear fasse faillite (pure hypothèse d’école, la Fed ou un gouvernement quelconque finissent toujours pas intervenir), la Morgan Bear ne pourraient pas assumer ses propres obligations vis-à-vis de votre fonds. De leur cote, la BGLyon et la Lehrill ne seraient plus en mesure d’assumer leurs obligations sans piocher dans leurs réserves et seraient donc contraintes de dégrader leur propre solvabilité. Vous seriez alors en perte sur le produit avec la Morgan Bear et votre risque de contrepartie sur les deux autres établissements aurait significativement augmenté du simple fait de l’impact de la faillite de la Morgan Bear. Votre fonds n’est pas tout seul sur cette planète et ces deux banques ont une grosse « exposition » sur la Morgan Bear.

Au final, je vous rassure, la CCAPNI est une banque solide. Il est fort à parier qu’elle épongera les eventuelles pertes de votre fonds afin de garantir effectivement votre capital (à noter, elle n’est pas obligée de le faire car le porteur de risque sur le fonds est l’acheteur - vous - et non son vendeur). Vous avez bien de la chance d’être a la CCAPNI !... et non a la CIBRV, basée a Roubaix également, mais qui elle est beaucoup plus exposée a la Morgan Bear et a la BGLyon et n’est pas en mesure de vous offrir la même garantie…


Morale de cette histoire : dans la finance tout le monde se tient par la barbichette, si un des acteurs est fragilisé, il fragilise tous les autres et risque d’entraîner bien du monde dans un bel effet boule de neige…Autant vous dire que ce matin au bureau tout le monde faisait la gueule.

Tous les noms sont purement fictifs; toutes ressemblances avec des faits réels ne seraient que pure coïncidence; ce post illustratif, etant bien entendu, simplifié à l’extrême.

samedi, mars 15, 2008

Chiottes, New Songjiang, AM, Dada et Musée temporaire


Lu, vu, entendu cette semaine
  • Le tableau de la semaine, n'en est pas un. Cette œuvre, intitulée "Fontaine", de Marcel Duchamp, est la pierre angulaire de toute une partie de l'art contemporain et d'un changement de définition de l'art en général. Je ne suis pas encore certain d'avoir réussi à passer le cap, mais j'y travaille. Un commentaire sur cet urinoir ou ce chef d'œuvre ici.

  • Expo Marcel Duchamp, Francis Picabia et Man Ray à la Tate Modern à Londres, dans le JDD

  • La Courte Marche de la classe moyenne chinoise vers la banlieue, un excellent article qui permet de saisir la puissance de ce mouvement et ses conséquences, dans le Time

  • Un panorama très complet des enjeux de l'industrie de l'Asset Managenent. Pas besoin de demander a McKinsey une étude à un million d'euro, tout est dans The Economist (cliquez sur les autres articles de la série à droite dans "In this special report")

  • Maastricht, pas la ville, pas le traité, mais la foire. Les meilleurs antiquaires de la planète se réunissent pour former un immense musée temporaire où tout est à vendre, dans le Monde (avec un belle étude sur le marché de l'art en prime) et sur le site officiel pour les photos des objets têtes d'affiche.

  • Comment retenir votre code de carte bleue par le Professeur Rollin (aussi vu chez Gonzague)

Definition de "crise systémique"

Image vue ici

J'ai écrit ce post il y a quelque temps et attendait avant de le publier. Les malheurs actuels de Bear Stearns bousculent mon calendrier.

Deux mots devraient devenir les chouchous des medias d'ici peu. Tout comme "subprime", ils sont suffisamment alambiqués et vagues pour que les journalistes qui ne les comprennent pas très bien les utilisent a tort et a travers. Vous êtes prévenus, vous allez en entendre parler!

« En finance, le risque systémique est une expression utilisée pour décrire la probabilité d'occurrence et la gravité d'un dysfonctionnement paralysant l'ensemble du système financier dans une vaste zone ou dans le monde entier, par le biais des engagements croisés, première étape avant des faillites en chaîne. Cela conduirait à un effondrement du système financier mondial » appelé également Crise Systémique.


d’après Wikipedia

vendredi, mars 14, 2008

La cousine au Jean-Claude a Londres?


Encore une fois un titre choc (je vous rassure je parle aussi francais...), une image qui n'a rien a voir avec le sujet (a part le même prénom) mais un vrai post!!

Hasard de timing de mon post précèdent sur la flexibilité du marché de l'emploi a Londres (ici), Jean-Claude Trichet nous dit que la France doit reformer son marché du travail pour faire beaucoup mieux.

Je ne cherche pas le débat sur le sujet. Je dis simplement qu'il faut agir.

AFP le 13/03/2008 13h50 Trichet/Economie: la France peut faire "beaucoup mieux" en se réformant

La France peut faire "beaucoup mieux" en termes de croissance économique et de créations d'emplois en poursuivant les réformes, en particulier sur le marché du travail, a estimé le président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, dans un entretien au Point jeudi.

"En dépit d'une création d'emplois bien meilleure depuis (l'adoption de) l'euro, la France pourrait certainement faire beaucoup mieux encore", a jugé M. Trichet, précisant que "plus de croissance à long terme, plus d'emplois et plus de prospérité sont possibles moyennant la poursuite d'une politique de réformes".

Il juge notamment que "le marché du travail n'est pas assez souple" et qu'il est "très important, dans l'environnement économique actuel, que les entreprises puissent prendre très rapidement les décisions requises par leur adaptation permanente".

jeudi, mars 13, 2008

Pourquoi Londres c’est bien?

Image vue ici

Navré d’utiliser une formules infantilisante en guise de titre et une photo idiote, mais elles ont le mérite d’attirer l’attention.

Je ne suis pas certain que Londres soit mieux pour tout comparée a une capitale européenne avec un Tour Eiffel. Il y fait moins beau, il n’y a pas de terrasse et tout y est cher. A l’inverse il y a des parcs géniaux, le métro est propre et on y boit de la biere. Mais il y a une chose qui ne fait pas débat, c’est le marché du travail et pas seulement dans la City.

Un ami hébergeait une des ses cousines a la recherche d'un job (pas dans la finance) a Londres. J’étais un peu inquiet pour lui, imaginant la cousine s'appropier le vieux canapé de son salon pour les 6 prochains mois. He bien non ! 8 jours plutard, la cousine a trouvé un boulot sympa, signé un contrat inimaginable en France et trouvé un appart pour les 6 prochains mois.

Ce n’est pas le grand luxe, le salaire est correct sans plus, l’appartement est trop cher comme tous les apparts a Londres, mais elle n’a pas perdu 4-6 mois de rounds d’entretien en attente de prise de décision, validation par les RH et autre envoi de contrat par la poste. En huit jours bouclé !

Je ne dis pas que c’est aussi facile a tous les coups, que tout le monde peut travailler ici ou que tous les secteurs et postes sont aussi accessibles. Je constate simplement que le marché du travail est plus souple et que les gens qui embauchent n’ont pas peur de prendre des décisions rapides et de vous donner une chance.

Messieurs les ministres réformateurs francais, au travail !!

samedi, mars 08, 2008

Jean-Claude, Nabis, Bouba, Prouve et ou?


Lu, vu et entendu cette semaine


  • Le ballon, petite merveille de Felix Vallotton. Le commentaire sur le tableau mérite la lecture et nous offre la clef des vrais dimensions cachées du tableau (le Musée Critique de la Sorbonne). Si vous avez plus de temps sa biographie complete dans le Monde des Arts

  • Finalement notre pouvoir d'achat, n’est pas si mal. Chez Bouba-Olga

  • Et sur la photo, ici, c'est ou? Sur le blog d’un journaliste en Chine

  • Une autre maison célèbre qui voyagea de France a Brazzaville, retourna en France pour un lifting avant d’atterrir temporairement a Londres devant la Tate Modern. Dans l'incontournable Domus (en anglais et non en Italien comme les puristes en feront la lecture).

  • Un portrait pour une fois pas si negatif du Grand Manitou nous jouant “Belle marquise” dans Libe

  • Meunier, tu dors, ton moulin, ton moulin va trop fort ! Ton moulin, ton moulin va trop vite, ton moulin, ton moulin va trop fort...

jeudi, mars 06, 2008

Societe Generale, Calyon et BNP Paribas.

Image vue ici
Quelques articles sur les positions de chacun et l’interventionnisme du petit Nicolas sur le sujet me laisse penser qu’une offre jointe Calyon-BNP Paribas sur la Societe Generale est en train de se négocier dans les salles de réunion à épaisse moquette.

Calyon prendrait la BFI (banque d’affaires) et BNP Paribas le réseau France et sans doute certaines positions en Europe de l’Est avec la benediction du Palais (de l'Elysee), le tout enrobe dans une belle campagne de communication. Ce n’est qu’un sentiment base sur peu de chose concrète.

Si j’étais gérant dans un hedge fund, j’irais passer quelques jours a Paris, je me posterais a l’entrée de quelques fournisseurs de moquette de bonne qualite (banques d’affaires et cabinets d’avocats) avec un trombinoscope des états majors. En plus de cela, tard le soir, j’irais faire un petit tour par la rue d’Antin, la Defense et le quai Paul Doumer pour voir a quelle heure les lumières s’éteignent aux derniers étages de ces trois bâtiments.

Lorsque tous les signaux sont au vert, c’est alors la classique stratégie d’achat des actions de la cible et la vente des actions de l’acheteur qui est a mettre en place. Soyons patient…

Amusant aussi de relire ce post du 7 septembre avec un peu de recule.

mardi, mars 04, 2008

Décrypter les propos des dirigeants économiques

Image vue ici

Je constate de plus en plus un décalage entre les propos de nos dirigeants et la réalité des choses et surtout dans la maniere de l'exprimer. La langue de bois, se conjugue tout aussi bien en politique que dans la vie des affaires. L’image qui illustre ce post est un excellent exemple tiré de notre vie economique quotidienne.

La version réelle apporte beaucoup plus d’informations que la langue de bois de la petite affichette (cf ci-dessous). Je vous propose donc un petit lexique de traduction suivi de quelques exemples en situation. Comme je n’ai pas le projet de refaire le Bescherelle, ce post ne comportera pas d’exercice.

Version en magasin
Info Client
Atac défend votre pouvoir d’achat et refuse l’augmentation de tarif de la societe LU.
En consequence LU a décidé de ne plus nous livrer.
Merci de votre comprehension.

Traduction
C’est la guerre !
Le groupe Auchan (dont Atac est une enseigne) défend ses marges et refuse de subir l’augmentation des hausses du prix des matières premières imposée par Kraft (qui vient de racheter LU a Danone).
En conséquence, Kraft a décidé de ne plus nous livrer (cette partie n’a curieusement pas besoin d’être traduite et manque presque de subtilité).
Merci de bien vouloir acheter les produits de la marque ATAC, ce sont eux qui génèrent les plus fortes marges du magasin.

Petit Lexique

  • « Business as usual » : terme anglo-saxon ayant contaminé le village gaulois. Se refere a un très gros événement qui a un très gros impact sur la société. Panique a bord on ne sait pas ou on va, mais on essaie de faire croire que tout va bien.

  • « Nous tenons a rassurer nos clients et leur demandons d’agir rationnellement» : au feu ! tout brûle !

  • « Etre contraint d'ajuster les valorisations de certaines de ses expositions » : passer une lourde perte dans ses comptes (très a la mode dans le milieu bancaire actuellement)

  • « Je suis très confiant dans la capacité de la société a … » : Je n’ai pas la moindre idée de comment nous allons faire mais nous verrons bien si nous…

  • « L’année 2008 s’annonce pleine de challenges » : tout change autour de nous et nous sommes vraiment dans une situation pas terrible, mais nous restons très confiants dans la capacité de la société a... (voir ci-dessus)

  • « Surveiller de très prêt quelque chose » : nous sommes bien embêtés car cela a un gros impact sur notre activité mais nous n’y sommes pour rien et ne sommes pas en mesure de faire quoique ce soit. Convient bien aux prix du pétrole, matières premières, inflation, monnaie, maladie, pression de consommateurs…

  • « La société ne tient pas a préciser pas si son plan de développement stratégique est remis en cause » : si ce n’est pas précisé, c’est qu’il est remis en cause.

  • « La société ne donnera pas de prévision de chiffre d’affaires pour l’année a venir » : mieux vaut ne rien espérer mais sur un très très gros coup de chance ça sera peut être mieux que cette année. Faites nous confiance, nous croisons les doigts!

  • « La société confirme ses objectifs de développement a long terme » : a court terme, c’est la catastrophe mais nous faisons ce que nous pouvons pour rassurer nos actionnaires.

Illustrations :

> Reuters le 14/09/2007 16h26
Le secrétaire au Trésor américain, Henry Paulson : "Je suis très confiant dans la capacité de l'économie à poursuivre sa croissance" :

Traduction : voir plus haut


> AFP le 14/09/2007 16h50
Les ministres des Finances de la zone euro réunis au sein du forum de l'Eurogroupe vont surveiller de "très près" la situation sur les marchés des changes, alors que l'euro bat record sur record face au dollar, a indiqué vendredi son président, Jean-Claude Juncker.

Traduction : voir plus haut, 6 mois plutard la situation est pire...


> Reuters le 14/09/2007 16h20
« Merrill Lynch & Co a averti vendredi avoir été contraint d'ajuster les valorisations de certaines de ses expositions au marché du crédit dans le cadre de la préparation des clôtures du troisième trimestre. Le numéro un mondial du courtage ne précise pas si ces ajustements auront un impact sur ses propres résultats financiers, et ne détaille pas quels produits sont concernés. »

Traduction : Nous avons tout fait pour comptabiliser de la dette et autres CDO a la valeur faciale (1=1) mais nos auditeurs (les c»~#*@s !! Ils ne comprennent pas notre metier et en plus on les payent !!) nous ont imposé une comptabilisation a la valeur de marché (marked to market). En consequence les profits vont chuter lourdement lors des résultats du troisième trimestre. Le compte de résultat devra donc inclure cette (lourde) perte…


> Le Figaro 27/10/2007
«Nos chefs de divisions sont en train de planifier comment nous pouvons positionner nos activités au regard des réalités économiques, de la manière la plus efficace et rationnelle en matière de coûts», a précisé la banque. Citigroup emploie dans le monde 320.000 personnes

Traduction: mieux vaut ne pas travailler chez Citi en ce moment si vous aimez les revenus reguliers et une vie stable.

lundi, mars 03, 2008

Les bonnes notes d’un ancien cancre


Je suis en ce moment dans une grande période de réflexion rétrospective et d’anticipation contemplative. Pour faire juste un peu plus simple, je me regarde le nombril et de temps en temps je lève la tête pour voir ce qui se profile devant moi. Dans un grand élan d’exhibitionnisme narcissique, je m’en vais vous compter mes bonnes notes de l’année.

Il convient, avant de commencer, de lever un bout du voile sur la petite vie de Monsieur Glob. Durant toute ma scolarité, j’ai toujours été peu motivé, proche de la fenêtre, loin du tableau et dans la mesure du possible près du radiateur. Au début, pas tellement besoin de travailler, tout allait bien, juste une petite dyslexie contre laquelle je lutte toujours et qui vous gratifie encore de quelques très belles fautes d’orthographe.

Par la suite, les choses se compliquent. Loin d’être un petit génie, il me faudrait travailler pour conserver mes 12 de moyenne et mes appréciations « peut mieux faire ». Mais je préfère me transformer en joyeux luron la semaine et rejouer le « pont de la rivière Kwai » ou « l’attaque du train postal » tous les week-ends en short au fond de bois. Juste une question de priorité et d’intérêt personnel. Je ne le regrette pas, car j’y ai plus appris que sur mes devoirs de classe.

La situation se dégrade lentement et sûrement ; appel de mes parents pour passer de 3eme en 2nde, refus de mon professeur principal pour un redoublement de ma 1ere malgré une forte pression du corps professoral et pour finir en beauté, 8,5 de moyenne l’année du bac. Beau palmarès dont je ne suis pas fier mais qui en dit long: si je n’aime pas, je ne travaille pas !

Un peu de Niak apprise aux fond des bois, quelques coups de pied parentale aux fesses (mais zéro piston jusqu’au bout), quelques années de fac a bosser pour combler le retard, une grande école, un peu de hasard, de la nécessite et je trouve enfin ma voie.

Tout ça pour vous dire que cette année, comme j’adore ce que je fais, j’ai bien travaillé et cela se voit. Mon boss était très content de ma « performance » de l’année, m’a mis des « excellent » presque partout (16-18/20) et m’a promu. J’ai a présent un grade qui ne veut pas dire grand-chose, laisse penser que ma boite est une armée mexicaine en campagne, mais qui est du plus belle effet sur mes cartes de visite (je vous avais prevenu sur l'aspect narcissique de ce post).

Juste un regret; aujourd'hui mes parents se moquent bien de mes notes et ne pensent qu’a leur petit-fils. Ce premier tres bon carnet arrive quinze ou vingt ans trop tard… Dommage. Espérons que le fiston fasse assez tot mieux que le père!

samedi, mars 01, 2008

Martinet, Repeat, Esope et Balthus


Lu, vu et entendu cette semaine (pas mal de boulot en ce moment, des week-ends pas toujours londoniens et un bébé à faire sourire)
  • "Jeune fille au chat", en un tableau toute l'œuvre de Balthus. Ici pour un bon commentaire en français

  • Quelques conseils de bon sens pour une belle carrière bancaire mais pas seulement, ici

  • Faites fortune sur Ebay avec ce qui a fait soit la crainte de vos parents soit le piments de la vie de vos grands-parents (merci de ne pas me demander comment je suis tomber la dessus)

  • Une leçon de Marketing sur le "repeat business" par Professeur de Guilhermier, docteur es consommateurs

  • La langue d'Esope adaptée a la titrisation bancaire, cette fois par un vrai prof et ancien CEO de Paribas, André Lévy-Lang

  • Du bon humour potache, Saturday night fever dans l'ascenceur


Related Posts with Thumbnails