vendredi, juin 27, 2008

Taxi, Pompe, Moore, Brown et Foxton




  • J’avais un a priori (forcement) négatif sur la peinture anglaise du 19eme, mais je la découvre peu a peu et j’apprecie de plus en plus. Les portraits des peintres victoriens sont en train de devenir mes préfèrés, l’approche des sujets est classique, détaillée, colorée, vivante et quasi ingresque (un peu cucul aussi parfois mais n’est pas Ingres qui veut…).

    Le tableau de la semaine (des 3-4 derniers mois en fait) est donc une œuvre de d'Albert Joseph Moore, Jasmine, vendue le 5 juin par Christies. £1,777,250, peut être un peu cher mais une affaire face aux croutes de serie d’un Damien Hirst ou aux « lithos » de Warhol. Plus de détails chez Alain.

    Si vous appréciez ce style et les petits musées de derrière les fagots, je vous encourage vivement à faire un saut à Guildford à 30 min de Londres pour visiter la Watts Gallery. GF Watts est l’artiste qui a réalisé la grande statue équestre qui trône dans Kensington Park.

  • Grande-Bretagne: une décennie de satisfaction économique évaporée en un an. Ce n’est pas moi, mais c’est le titre d’un article de l’AFP.

  • De bons exemples de l’impact du pétrole cher sur les Français. On sent une petite prise de partie écolo dans l’article mais les situations décrites restent descriptives. Le Monde

  • Presque tout ce que vous avez voulu savoir sur le business des taxis a Paris. Tout ce qu’il manque, demandez le aux chauffeurs qui aiment parler de leur métier. Lancez les sur les trois types de statuts pour chauffeurs, les bakchichs avec les portiers d’hôtel pour les courses vers les aéroports (12€ de commission au dernier relevé pour "un Roissy" et 6-7€ pour "un Orly" - tout « au black »…), « les chinois », etc. Evitez le sujet du PSG et de Delanoë. Chez Monsieur Business Model.

  • Pour ceux qui ne lisent le FT du weekend (je suis sur qu’il doit bien y en avoir un ou deux) un excellent article sur la vente en LBO de Foxton immobilier en mai 2007. Hasard de calendrier? Juste avant que le marche immobilier et le marche des LBO n’explosent en vol… Pour les non-Londoniens, Foxton est la plus vorace et détestée des enseignes immobilières, mais aussi une des plus efficaces.

  • MUTO, une video de Blu, un artiste argentin, qui a du se donner beaucoup de mal, mais le resultat est époustouflant.




jeudi, juin 19, 2008

All doom and gloom around me


Cela fait un petit moment que je n’ai pas posté sur le thème de mon cher environnement de travail : la City de Londres.

Les tours se construisent dans tous les sens autour de nous, les maisons en vente affichent toujours des prix défiants l’apesanteur de notre veille planète et les gens croisés dans le Square Mile ont tous bonne mine. Tout à l’air de bien se passer dans le petit monde de la finance. Et pourtant…

Activité cyclique par définition, l'industrie financière profite des hauts de cycles de façon indécente, mais est violemment restructurée lors des périodes de crise. Bizarrement, les achats de maisons secondaires et autres voitures de luxe attirent plus de couverture médiatique que les licenciements expéditifs et les dépressions de brillants jeunes gens de 35 ans sans avenir. Je vous rassure je ne suis pas la pour tenter de vous tirer une larme au coin de l’œil, juste pour vous montrer qu’en ce moment ça ne va pas terrible terrible.

La crise est bien la. Elle est la depuis l’été dernier. Elle est la pour durer au moins encore un an. Peut-être plus. Les trois piliers de la prospérité Blairienne de ces 4-5 dernières années était l’immobilier et la construction, le crédit pour tous et à bas coût et la finance. Colosse aux pieds d’argile (j’aime bien les expressions un peu cliché !), le Royaume-Uni n’aura pas résisté a la crise.

Concrètement, cela signifie que les banques et autres sociétés financières sont « en mode réorganisation ». On commence par changer les dirigeants fautifs (a vous d’en faire la liste…). On ne s’embête même pas a attendre le rapport du cabinet de conseil (Oliver Wyman, Bain, BCG, McKinsey ou autres) nommé pour assumer une partie de la responsabilité et dans un premier round on supprime tous ceux qui ne sont pas performants ainsi que les pestiférés des départements subprimes, titrisation et autres CDO.

Dans un deuxième temps, on se rend compte que les caisses sont vides car il faut bien constater ses pertes (je ne rentre pas dans les débats techniques de ratio Tier, liquidité et autre Bale II). La démarche est alors simple, on prend un avion pour les pays du Golfe et on organise une grande quête de charité auprès de philanthropes potentiels nouveaux actionnaires pour remettre au pot. Ils conditionnent leur obole à un deuxième round de cost cutting.

Cette fois, on lit dans les rapports des consultants ce que l’on sait déjà. Il faut recentrer ses activités sur ses points forts, briser les « silos » (crées il y a deux ans par ces mêmes consultants), restaurer un model « buy and hold » plutôt que « buy and distribute », réorganiser son « coverage » en cassant, par exemple, sa segmentation ECM (action) et DCM (dette), reconsiderer ses positions risquées et les marker au marché de manière plus rigoureuse, restreindre l’utilisation de son bilan aux clients clés qui feront du M&A et aux books de flux, optimiser ses opérations et son purchasing, rationaliser son IT et ses consultants IT externes… La liste est longue et j’en oublie. Tout ça pour dire que dans ce deuxième round, les têtes continuent a rouler dans la panière et que le mid-management est renouvelé dans toutes les départements.

Nous en sommes la. Où serons nous dans 6 mois ? Mon boss m’appelle, j’espère que je tiendrais encore un peu… Suite au prochain post…

lundi, juin 09, 2008

Je me suis encore planté

Au petit jeu des pronostiques j’avais prédit bien des choses. J’ai eu raison sur certaines et tort sur d’autres. Un point complet sera peut être fait en fin d’année.

S’il y a en une sur laquelle je suis ravi d’avoir eu tord c’est sans doute sur le défaite d’Hillary Clinton (Mon post sur les dynasties politiques). Ce n’est pas tellement qu'une femme présidente ça ne se fait pas ou bien que ses idées soient vides de sens. Pour être parfaitement honnête, je n’ai rien contre elle. Je lui trouve un certain cran, une hargne, un petit sourire que je trouve intéressant et elle a surtout le réalisme de ses idées et l’expérience de la conduite d’un grand pays.

Mais Obama est tellement plus charismatique, rassembleur, ambitieux, rêveur et dynamique (démagogique et irréaliste aussi parfois) que le choix est assez vite fait. On tombe sous le charme et on le sent capable de relancer l’économie, de réduire les inégalités, d'accroître le pouvoir d’achat et tout le reste, qu'on souhaite le voir rapidement dans le bureau ovale.

Ce n’est que la première manche, il est le vainqueur de son camp, espérons qu’il batte l’autre et que par la suite notre homme soulève effectivement les montagnes

vendredi, juin 06, 2008

Je suis très confiant dans la capacité de l'économie à poursuivre sa croissance

>AFP le 06/06/2008
USA: le chômage au plus haut en 4 ans en mai, les licenciements continuent


>Forbes le 06/06/2008
A US Treasury Department official told reporters today that the US is not in a recession, in part because economic growth continues to be positive.
(C'est vrai, il faut "techniquement" deux trimestres de GDP négatifs)


> Reuters le 14/09/2007 16h26
Le secrétaire au Trésor américain, Henry Paulson : "Je suis très confiant dans la capacité de l'économie à poursuivre sa croissance"


Je vous avais proposé une version traduite ici...
Related Posts with Thumbnails