jeudi, octobre 09, 2008

Crise: Prendre de la hauteur


Hier Rodolphe von Todstadt faisait remarquer en commentaire qu' « il ne faut jamais au grand jamais laisser les idées et process diriger le monde » (tu vois, Rod, il y en a au moins un qui t’écoute !).

Facile à dire. Nous avons tous le nez dans le guidon, l’œil fixé sur nos courbes, nos modèles. Les politiques essaient de sauver l’économie, les banques et tout le reste. L’heure n’est pas à la réflexion, mais a l’action. Il y a le feu dans la baraque libérale et les pompiers pyromanes s’activent !

Et pourtant il a raison. Plutôt que de regarder les aspects techniques, chercher les coupables ou pleurer sur son sort, il va bien falloir prendre de la hauteur.

Sur ce thème, je suis tombé sur un remarquable article du Monde (ici) de Francis Fukuyama, un intellectuel Américain. Il se pose les bonnes questions et identifie la source du problème dans un reaganisme sclérosé en dogmes pour toujours plus de libéralisme et de « démocratie » sans chercher à savoir si cela fonctionne. Son analyse est pragmatique et juste. Selon lui, le test ultime pour le modèle américain sera donc sa capacité à se réinventer une fois de plus.

Rod aurait sans doute aimé (et moi aussi) que l’article remette « l'homme au centre de tout », mais se poser la question des idéologies pour servir quoi et comment est un bon point de départ… Et puis Fukuyama avait écrit La Fin de l'Homme (que je n’ai pas lu), qui est entierement centré sur l’Homme et l’Humanité.

Pour finir sur une note d’optimisme sous un beau soleil londonien, je citerais un autre commentateur (JC). « Dans tous les cas, la vie continue... Et ça c'est super positif » !!

4 commentaires:

JC de Maisonneuve a dit…

Tiens, il fait soleil à Londres, pendant qu'il pleut des cordes sur la Riviera. Mais où va le monde ?
Thanks for the quote.

Monsieur Glob a dit…

JC> pour une fois que c'est dans ce sens!!

Badis a dit…

Le livre de Francis Fukuyama "The End of History and the Last Man" (publié en 1992) est excellent. Il démontre que la démocratie libérale est le système politique vers lequel tends à s'organiser toute société humaine. Une exception cependant à cette tendance: les sociétés régies par les lois Islamiques. L'article de Francis Fukuyama que vous commentez est intéressant, il sous-entend qu'un système politique aussi stable que la démocratie libérale peut amener à d'importantes dérives (hégémoniques, morales, financières...) et que "l'histoire", selon la définition qu'en fait Mr Fukuyama, n'est peut-être pas encore terminée :)

Monsieur Glob a dit…

Badis> tu as acheve de me convaincre. C'est sur la liste de ma prochaine commande Amazon. Je vais plutot le lire en Francais, car en anglais ca doit voler un peu trop haut pour moi. Tu en penses quoi?

Related Posts with Thumbnails