lundi, février 23, 2009

Value investor - Illustration

Illustration graphique du post precedent.

dimanche, février 22, 2009

Value investor – un peu de critique

Warren Buffet, Benjamin Graham ou plus proche de nous Anthony Bolton sont de bons exemples de « Value Investors ». Ils cherchent les bonnes affaires, scrutent les bilans, se focalisent sur les dividendes, se moquent des mouvements moutonniers et attendent que le marché réalise la valeur réelle des actifs de leurs portefeuilles pour les vendre. Bien beau tout cela, mais est-ce que cela permet de passer la crise ?

Pour Bolton oui, il a rendu son tablier juste avant la crise (son fonds à tout de même perdu environ 30% après son départ), pour Benjamin Graham, il aurait perdu 60% de la valeur de ses actifs entre 1929 et 1932 et pour Warren Buffet nous en sommes à -40% pour les actions A de Berkshire Hathaway Inc. Si on regarde du côté du Russell Value Index qui traque les small-cap value US on obtient la même chose. Même si les valeurs « value » avaient bien passées la bulle internet, elles souffrent presque autant que le reste du marché actuellement.

Les questions sont donc : Les investisseurs value se sont-ils trompés ? Ne vaut-il pas mieux tout lâcher pour revenir un peu plus tard sur le marché en période de très fortes turbulences ? La réponse avec un peu de recule est oui si on peut anticiper la très forte baisse du marché. Toujours facile à dire à posteriori. Ceci étant, cette crise était anticipable (souvenez vous de mes post de 2007…) même si son ampleur et sa durée restent encore les grandes inconnues. Pour les passionnés du sujet et pour aller plus loin, je vous signale un bon article (in english) d’un membre du "perma-bear club", Jeremy Grantham (lire à partir de la page 8).

Quoiqu'il en soit, je vous rappelle ma philosophie d’investissement: « acheter pas cher et revendre cher »…

jeudi, février 19, 2009

Un noeud de lacet double qui change la vie


Comme c’est vendredi, je vous propose une petite vidéo qui va simplement changer votre vie à tout jamais. Vous allez penser à moi tous les matins… Je vous rassure, pas grand-chose en fait. Juste comment faire un nœud de lacet double, simple et fin qui ne se défait pas. L’essayer c’est l’adopter. Bon week-end!

lundi, février 16, 2009

C'est le métier qui rentre!

Bon vous le savez, il existe un petit bonhomme âgé de 1 an+ qui est très cher aux yeux du rédacteur de ces billets webesques. Comme évoqué plus haut (enfin plus bas, c’est un blog), il lui est arrivé des petits soucis de santé. Je rassure les âmes sensibles tout est réglé; ni séquelle ni risque de rechute.

Je me suis retrouvé un vendredi soir en train de courir dans les rues de Londres tenant dans mes bras un petit homme inanimé nu dans le peignoir de sa maman; qui elle nous suivait en larmes et hors d'haleine.

Je ne vous décris pas plus le reste de la petite frayeur mais nous avons bien réagi, l'hôpital a été magnifique et nous avons eu une très gentille infirmière française pour assurer la rapide convalescence du ptit’ dhomme. Je ne partage pas cela avec vous pour vous faire rougir les yeux ou faire les louanges de la NHS (système médical anglais), mais juste pour vous dire que ca a conforté mes choix de vie. Gardez l’œil sur l’essentiel !

lundi, février 09, 2009

La crise expliquée simplement

Les secteurs pour sortir de la crise

Comme toujours McKinsey produit quelques bons morceaux de recherche publique. Une fois de plus je pioche dedans.

La tableau ci-dessus indique le moment ou chaque secteur de l'economie est entré dans les précédentes crises. C'est basé sur les résultats financiers des sociétés et non sur les cours en bourse. Un peu comme au Tiercé+, à vous de remplir les cases pour la crise 2007-2010...

vendredi, février 06, 2009

mardi, février 03, 2009

Les belles affaires ne restent pas longtemps sur le marché

Un petit post pour vous annoncer que l’un des investissements du portefeuille est en train de se faire racheter ce qui en fait bondir la valeur et risque de bien en améliorer la performance.

Auto Escape était une aberration. Une société avec une belle croissance, rentable et génératrice de cash qui était cotée en dessous de la valeur de sa trésorerie. Le prix de l’OPA est un scandale car valorise la société à une période ou elle n’a pas encore tout donné mais nous laisserait avec une correcte plus-value.

Nous ajoutons au portefeuille une autre pépite Homair, qui est détenue par le fonds qui rachète Auto Escape. Une prise de contrôle me semble une forte hypothèse pour cette société également très rentable, en croissance mais endettée en raison du financement de ses actifs.

Ce genre de micro événement récompense l’investisseur Value et le rassure sur sa stratégie de gestion. Acheter pas cher et revendre cher, c’est plus simple à dire qu’à faire !

lundi, février 02, 2009

Structure de Capital et le Levier Financier en temps de crise




Michel de Guilhermier m’a lancé un petit défi sur son blog : mettre un prix sur une société au bord du gouffre. J’y réponds partiellement aujourd’hui en fournissant a ceux qui le souhaite une clef de lecture sur la crise actuelle et la baisse de certaines valeurs actions. J’ai conscience d’enfoncer des portes ouvertes pour certains lecteurs mais j’essaie de rester pédagogue pour les autres.

Sur le petit Powerpoint ci dessus (que je n’ai pour une fois piqué a personne) vous trouverez 2 structures de capital (notées (1) et (2)) lors de deux phases de marché (phase normale – a gauche - et phase de crise - a droite -).

En phase normale, la même entreprise peut choisir deux types de structure de capital. Soit elle se finance comme dans (1) avec beaucoup d’actions (fonds propres ou equity pour les spécialistes) et peu de dette, soit comme dans (2) avec beaucoup de dette et peu d’actions. La société a quelle que soit sa structure une valeur de 100 (= Dette + Actions). Un peu comme une pizza, c’est toujours la même pizza que l’on décide de la manger à 2, à 6 ou à 12.

En temps normal et pour faire simple, il n’existe pas de structure idéale: ca dépend des sociétés, du niveau de prise de risque des dirigeants, du secteur, du cout des capitaux, du besoin de financement des actifs, etc…

En temps de crise et toujours pour faire simple, si les ventes baissent, les marges se réduisent et la trésorerie de la société suit la même tendance. L’entreprise perd donc de la valeur et ce qui valait 100 ne vaut plus que 60 (plus petite Pizza…). Les porteurs d’actions perdent une partie de leur mise et les banquiers voient leurs risques augmenter donc ont tendance à décoter ou à céder la dette. Cela en fait baisser la valeur (valeur de la dette = valeur faciale – décote de risque). La société doit toujours la valeur faciale de sa dette à ses préteurs (75).

Comme nous allons le voir en temps de crise, la dette devient un vrai problème. Dans le cas (1) la baisse de valeur de la dette est de 1 afin de refléter des intérêts constants perçus par les préteurs pour un risque plus élevé. Dans le cas (2), la baisse de 75 à 58 est liée à la forte augmentation du risque de ne pas revoir la totalité de la somme prêtée.

Concernant les actions, dans (1) elles perdent 52% de leur valeur car le remboursement de la dette reste possible, dans le cas (2) elles perdent la quasi totalité de leur valeur car la valeur de la société est passée en dessous de la valeur faciale de la dette. La société appartient virtuellement aux prêteurs et les actionnaires se retrouvent avec un ticket de tombola (valeur d’option). Ils peuvent gagner le gros lot (dans le cas ou la valeur de la societe augmente fortement dans le futur et qu'elle soit en mesure de rembourser sa dette) ou plus probable, comme avec notre cher Loto, perdre leur mise.

Voila, pas certain que je sois resté pédagogue mais tout ca pour vous montrer les limites du levier financier (la dette) sur les entreprises et leurs actionnaires lors d’une crise. Dans un cas ca passe, dans l’autre c’est le risque du dépôt de bilan avec un billet de tombola… C’est en partie ce même mécanisme qui a pu s’appliquer aux banques. J'espere que ca vous a plu?

Pour les pros (Michel inclus), je sais il y a des milliers de shortcuts dans mon petit exposé et c'est bien peu académique mais j'ai essayé de faire simple...

Neige a Londres : Meteo des neiges et activites de la station





En raison d’importantes chutes de neige sur Londres l'ensemble du domaine skiable présente des conditions d'enneigement exceptionnelles.

Au pied du télésiège de Piccadilly notre personnel des pistes mesurait jusqu'a 22cm alors que le manteau neigeux atteignait les 26cm à l'arrivée du télécabine du St Paul. L'ensemble des pistes du domaine sont ouvertes et ce malgré une absence uniforme de damage et de marquage. Le risque d'avalanche est de faible à moyen. Un bon nombre de remontés mécaniques est cependant fermé ou retardé et la garderie pour les enfants ne sera pas assurée au Jardin des Flocons.

N'oubliez pas ce soir le vin chaud organisé par l'office du tourisme et les moniteurs de l'ESF.

Bon ski!
Related Posts with Thumbnails