mardi, août 11, 2009

Gagnerez vous au jeu du mouton?

Désolé c’est en anglais, mais je reproduis ici un petit morceau d’une note de James Montier (strategist à la SG) sur l’efficience ou plutôt l’inefficience des marchés financiers et notre capacité à jouer aux moutons.

Cet extrait est un test réalisé par l’auteur utilisé pour démontrer certains comportements des marchés financiers. Chacun, anticipant le comportant de l’autre, fait évoluer le marché dans un sens ou un autre. Une stupidité donc, mieux vaut connaître le prix des choses et s’y tenir plutôt que de rentrer dans le jeu idiot de devinettes consistant à prévoir le marché. (j’y joue aussi de temps en temps…)

"This game can be easily replicated by asking people to pick a number between 0 and 100, and telling them the winner will be the person who picks the number closest to two-thirds the average number picked. The chart below shows the results from the largest incidence of the game that I have played - in fact the third largest game ever played, and the only one played purely among professional investors.

(Fermez les yeux, reflechisez 2 secondes et essayez de deviner avant de lire la suite!)



The highest possible correct answer is 67. To go for 67 you have to believe that every other muppet in the known universe has just gone for 100. The fact we got a whole raft of responses above 67 is more than slightly alarming.


You can see spikes which represent various levels of thinking. The spike at fifty reflects what we (somewhat rudely) call level zero thinkers. They are the investment equivalent of Homer Simpson, 0, 100, duh 50! Not a vast amount of cognitive effort expended here!

There is a spike at 33 - of those who expect everyone else in the world to be Homer. There's a spike at 22, again those who obviously think everyone else is at 33. As you can see there is also a spike at zero. Here we find all the economists, game theorists and mathematicians of the world. They are the only people trained to solve these problems backwards. And indeed the only stable Nash equilibrium is zero (two-thirds of zero is still zero). However, it is only the 'correct' answer when everyone chooses zero.

The final noticeable spike is at one. These are economists who have (mistakenly...) been invited to one dinner party (economists only ever get invited to one dinner party). They have gone out into the world and realised the rest of the world doesn't think like them. So they try to estimate the scale of irrationality. However, they end up suffering the curse of knowledge (once you know the true answer, you tend to anchor to it). In this game, which is fairly typical, the average number picked was 26, giving a two-thirds average of 17. Just three people out of more than 1000 picked the number 17.

I play this game to try to illustrate just how hard it is to be just one step ahead of everyone else - to get in before everyone else, and get out before everyone else. Yet despite this fact, it seems to be that this is exactly what a large number of investors spend their time doing."


Source: ici

jeudi, août 06, 2009

Lecon de choses



Si vous avez 10 minutes devant vous. Tendre et marrant. Je cherche ma maman...

mardi, août 04, 2009

Profession : Eleveur de Monstre(…s)


Pas beaucoup d’activité sur ce blog, mais cher lecteur, il faut me comprendre ! Je ne peux pas tout faire non plus. J’ai mes petites habitudes…

Le matin, le monstre sort de sa tanière vers 6h15, il a soif, il est mouillé. On remplit le biberon, on change la couche et on peut se recoucher pour 5 minutes, 8 les jours de chance. Apres cela on passe aux choses plus solides et forcement plus olfactives. Ca y est vous êtes réellement réveillé.

Un peu de tracteur dans le salon, un petit livre et il est déjà temps d’aller récupérer votre petit chéri debout sur la table manifestant sa famine. Le ridicule ne tuant plus, on passe 15 bonnes minutes à étaler du Nutella sur des corn flakes. Je sais je suis trop gentil, mais comme tartiner ne suffit pas, il faut aussi les tremper dans du lait... un par un. C’est comme ca, on ne change pas les habitudes.

Le soir, c’est un peu différent. La nursery nous assure un service maquillage quasi quotidien, un peu de noir, de rouge et de marron sur le visage. Le plus chic est toujours avec une forte dose de paillettes ; vous savez les plus fines, celles qui flinguent votre costume en 3 secondes, lorsque le lutin insiste pour vous embrasser affectueusement. Si on n’était pas le père du bambin, on le mettrait tout habillé dans son bain, mais ca serait prendre le risque de le retrouver perché à 1m50 sur le radiateur fort judicieusement fixé à quelques centimètres de la baignoire.

Vient alors l’heure de repeindre la cuisine avec de la purée (des spaghettis, du yaourt ou tout autres solides comestibles). On ne boit de l’eau dans un verre que si Papa, Maman à la rigueur, accepte de trinquer en disant "Tchin-Tchin". Les habitudes encore… On danse un peu, on met un Hummer (miniature) dans la machine à laver le linge, on arrache deux touches de l’ordinateur, on évite le livre avec le loup qui fait peur et on lit alors le sacro-saint Babar du soir. Un livre plein d’aventure, de suspense et forcement d’éléphants…

On se frotte alors les yeux. Il est l’heure d’aller se coucher mais pas tout seul, ca serait trop facile. Pas avec Maman, on l’adore, mais le coucher ce n’est pas elle. Non il faut que ce soit Papa qui aille tenir la main du petit qui s’endort en souriant. Un ange quand il dort!...

Voila, une petite partie de mes journées. Je suis sur que vous comprendrez que je puisse vous négliger un peu. La vie est trop belle en vraie. Comme j’aime vraiment ca, que Monsieur Glob est avant tout un family man, un super mari, un papa d’amour et un éleveur de monstre en phase d’expansion (une vision plus réaliste des choses), on a décidé d’en mettre un deuxième en route !

Vivement Janvier ! Vive la vie !!


PS : il y a un truc que je ne fais pas, c’est Primark avec la poussette. Oxford Street, le samedi c’est bon pour les parisiennes en vadrouille… et encore. ;-))
Related Posts with Thumbnails